Bob Proctor : Vous pouvez réaliser tout ce que vous désirez

5
120

Bob Proctor, l’homme qui a inspiré des milliers de gens dévoile :

« Vous pouvez réaliser tout ce que vous désirez »

Interviewer : Cher Bob Proctor, vous nous avez dit que quand vous alliez animer moins de conférences, parce que vous vouliez en apprendre davantage au sujet de vous même et de votre expérience des gens qui vont à vos conférences -. Notamment les gens vont assister à des conférences sur le développement personnel pour trouver des réponses.
.
ils se disent : « qu existe-t-il ici que je puisse apprendre afin d’avoir plus de succès ? Mais ce n’était pas ce que vous faisiez, n’est ce pas  ?
Dans cet interview, le conférencier et auteur Bob Proctor vous révèle des principes simples et puissant pour réaliser tout ce que vous désirez dans vos projets et la réalisation de vos priorités. Une grande partie de votre succès se construit d’abord dans votre esprit..
Bob Proctor : Non pour moi c’était différent !
.
Je pense que vous avez probablement raison quand vous dites que la plupart des gens cherchent une réponse qui conviendrait à l’extérieur. De même, ils ne trouveront donc jamais cette réponse. Je pense que dans mon cas j’avais réalisé qu’il y avait quelque chose à l’intérieur de moi. J’ai rencontré un homme aussi à Toronto. C’est lui qui m’a initié et m’a donné envie d’étudier tout cela. Il m’a dit que si je n’étais pas satisfait des résultats que j’obtenais dans la vie ; il fallait que je fasse des changements sur moi même. Car tout cela
c’était mes résultats. 
.
Il m’a dit : « Si tu veux produire un changement envers toi même, il faut que tu te connaisses toi-même ».
Franchement, ça me semble logique quand j’y réfléchis. Je ne pense pas que ce soit une révélation fracassante et ça ne parlerait probablement pas à la plupart des gens. Mais pour moi ça me semblait vraiment logique. J’ai donc commencé à m’étudier moi même et j’ai réalisé que la plupart des gens ne savent pas qui ils sont.
.
Interviewer : Que voulez vous dire ;  Du genre je connais mon nom je connais mon âge ?
.
.
« Qui suis-je ? » C’est, une question intéressante ; je pense que si quelqu’un commence à étudier la question et cherche la réponse, il va la trouver.
.
Bob Proctor : Oui ! Mais ça ce n’est pas vous. Si vous demandez à une personne lambda « qui elle est ? » Elle va vous indiquer son nom, du genre je suis Bob Proctor, mais ce n’est pas qui je suis. Les mots Bob et Proctor, ce sont deux mots que mes parents m’ont donnés et c’est ce qu’on appelle mon nom. Mais ce n’est pas moi !
.
D’autres diront ; ça c’est moi ! Mais ce n’est pas moi non plus ; c’est juste mon corps. Vous n’allez jamais téléphoner ici à votre responsable et dire que mon corps ne sera pas là aujourd’hui car il est malade.
.
On ne dit pas ; « je suis humain où je suis jambes » mais on dit ; C’est ma main, ma jambe
mon corps, mon nom.
.
Donc « qui suis-je ? » C’est, une question intéressante ; je pense que si quelqu’un commence à étudier la question et cherche la réponse, il va la trouver. Vous voyez je pense que nous vivons simultanément dans trois plans de compréhensions différentes.
.

 « 95% de la population ne font que réagir à la vie ; ils ne vivent pas vraiment »

.
Nous sommes des êtres spirituels. Nous avons une intelligence et nous vivons dans un corps physique mais parce que nous manquons d’ouverture d’esprit ou de compréhension de qui nous sommes,  nous sommes complètement bloqué dans un monde physique. Et nous laissons des choses à l’extérieur de nous. 95% de la population ne font que réagir à la vie ; ils ne vivent pas vraiment.
Bob Proctor
Bob Proctor le testament du succès ou comment tout est possible si votre esprit imagine ce que voulez obtenir de la vie.
Interviewer : Pourriez vous nous dire quels sont les barrières qui empêchent le succès ?
.
Bob Proctor : Oui bien sûr ! Il existe deux barrières principales est le mot succès. Et le mot succès est un terme assez drôle. Naetingal a donné une très bonne définition du mot succès. Il a dit : « Une personne a du succès si elle sait où est, si elle sait où elle va et si elle se dirige progressivement dans cette direction ». Il a dit que le succès était la réalisation progressive en direction de cet idéal. 
.
Toute personne qui a un but et qui se dirige vers ce but est une personne qui a du succès. La plupart des gens pensent que le succès signifie avoir beaucoup d’argent ; et c’est vrai que vous pouvez avoir beaucoup d’argent si vous avez du succès. Mais ce n’est pas ce qui définit le succès. Par exemple je ne pense pas que Mère Térésa avait beaucoup d’argent. Mais c’est une femme qui avait beaucoup de succès.
.
Interviewer : Donc on parlait des barrières du succès…
.
Bob Proctor :  Oui il y en a plusieurs. Je pense qu’il existe deux barrières. La première c’est notre conditionnement. Le conditionnement qui a pris place dans notre subconscient depuis la plus tendre enfance ; la seule chose que nous pouvons faire, c’est d’agir et de parler de la même façon que les gens qui nous entourent.
.
C’est pour cette raison qu’on a appris le langage qu’on connaît. Mais s’il y avait dix langages différents dans notre pays, nous aurions appris ces dix langages sans aucune difficulté. Nous n’utilisons qu’une seule langue… C’est donc la seule que nous avons
apprise, puis nous grandissons et nous nous disons : « Oh, je pourrais apprendre une autre langue » . Nous pourrions en apprendre 100 autres si nous le voulions. On peut tout faire, mais je pense que nous avons un conditionnement très très puissant et généralement il est basé sur de mauvaises croyances.
.
Ça c’était pour la barrière qui se trouve à l’intérieur de nous.
.
La barrière extérieure, c’est notre environnement. Nous avons pour habitude de nous comporter de la même façon que tous les gens autour de nous. Et quand vous y réfléchissez, ce comportement est très parlant car, si vous étudiez des statistiques, 95% des gens passent toute leur vie sans réellement vivre la vie dont il aurait aimé vivre.
.
« Seulement 5 % des gens réussissent à être dans une situation financière confortable ou financièrement indépendant ».
.
Savez vous que 95 % de la population dans ce pays, disons même en Amérique du nord,  qui est le continent le plus riche de toute l’histoire du monde ; ces gens travaillent de façon productive pendant disons 40 ans sur leurs 65 ans d’âge ?
.
Et au final ils n’ont quasiment plus d’argent. Il y a forcément quelque chose qui ne tourne pas rond. Seulement 5 % des gens réussissent à être dans une situation financière confortable ou financièrement indépendant.
.
Interviewer : Êtes vous en train d’essayer de nous faire déprimer ?
.
Bob Proctor : Évidemment que non ! D’ailleurs, je trouve que c’est une idée très excitante. Car l’idée qui se cache derrière ça c’est que tout le monde peut gagner. Vraiment tout le monde ! Et si nous commençons à étudier les statistiques, je pense que nous pouvons tous conclure qu’il faudrait mieux que chacun réfléchisse par lui-même, plutôt que de suivre tout le monde.
.
La plupart des gens trouvent un travail, puis ils regardent autour d’eux et voient que
tout le monde font leur travail. Alors, ils font de la même façon ! Je ne devrais m’arrêter un instant et me poser la question :« N »existerait-il pas une meilleure façon de procéder ? »
.
.
« Nous devons peut-être nous démarquer ; être différents, non pas pour le prétexte d’être différent, mais parce que nous sommes vraiment différents ».
.
.
Interviewer : Ne devons-nous pas nous adapter aux systèmes afin de ne pas nous démarquer par risque de perdre notre travail, de nous faire virer ou de faire des vagues ?
.
Bob Proctor : C’est exactement ça ! Les gens suivent les règles du genre ; prenez un
numéro et fait comme tout le monde. Autour de vous ça pourrait être intéressant de faire ça dans le royaume des animaux. Et les humains ne sont pas censés vivre de cette façon.
.
Je pense que nous devons faire quelques vagues. Nous devons peut-être nous démarquer ;
être différents, non pas pour le prétexte d’être différent, mais parce que nous sommes vraiment différents. Nous pensons tous de façons différentes et je pense que nous devrions commencer à penser et à dessiner dans notre esprit les images de ce que nous aimerions faire ; et ensuite de s’y atteler. Emerson la fait, Edison l’a fait, Mark O’Neill l’a fait Samuel Morse l’a fait. 
.
On pourrait continuer cette liste pendant longtemps. Ils étaient différents,  ils se sont démarqués et ils ont fait quelques vagues.
.
Interviewer : D’accord, vous avez dit que vous avez commencé en faisant des recherches sur vous même afin d’en découvrir plus au sujet de vous et puis vous avez trouvé le succès en cours de route.
.
Bob Proctor : Eh bien, je n’ai pas commencé comme ça au-début, j’ai déjà commencé à chercher à faire beaucoup d’argent. Car je pensais qu’avec beaucoup d’argent ça allait régler tous les problèmes. Je me suis rendu compte qu’en réalité ce n’était pas le cas et plus j’ai eu d’argent, plus j’avais l’impression d’avoir deux problèmes. Après avoir étudié tout ça pendant plusieurs années, je me suis rendu compte que pour obtenir les vraies réponses vous devez en savoir un peu plus sur vous-même. Et je ne pense pas qu’il soit nécessaire de grimper l’Himalaya pour devenir une sorte de gourou pour y parvenir.
.
Interviewer : D’accord,  qu’avez vous fait pour en apprendre plus sur vous même ? Vous avez dit que vous êtes allés à des séminaires ?
.
Bob Proctor : Je suis allé à des séminaires. Je voulais écouter les différents intervenants qui pourraient enseigner des choses concernant l’esprit. Je pense que nous pouvons trouver la réponse dans notre esprit. Si nous commençons à étudier l’esprit et si nous essayons de comprendre notre esprit.
.
Interviewer : D’accord, laissez-moi revenir à votre corps. Qu’avez-vous appris au sujet de Bob Proctor pendant cette période ?
.
Bob Proctor : Eh bien j’ai appris que vous ne verrez jamais la plus grande partie de moi, car elle est de type « non physique ». Et ce que vous voyez ici en tant que corps physique, n’est rien de plus que la manifestation physique de la part la plus haute de ma personnalité. Et bien sûr, ceci est aussi vrai pour vous, pour la personne assise derrière la caméra et pour tout le monde.  Ce qu’il faut étudier je pense, c’est la façon dont cette partie non physique de mon esprit fonctionne.
.
« Que se passe-t-il quand je réfléchis ? D’où mes pensées proviennent ? Comment avons- nous fait pour créer cette chaise ? »
.
Quelqu’un a dû y penser… Les pensées sont partout et nous mettons les pensées dans notre esprit et nous faisons des images dans notre esprit. Ce qu’il faut comprendre c’est que c’est une partie non physique de nous qui s’occupe de tout cela. Si je peux créer
l’image de quelque chose dans mon esprit, je suis tout à fait capable de créer une copie conforme de cette idée dans mon monde physique.
.
Donc si je crée une image de moi-même en tant que personne heureuse et relaxée, alors je peux vivre de cette façon si je crée une image de moi en tant que prospère… Alors je peux devenir prospère.
.
.
« La première chose à faire c’est s’asseoir et décider de ce qu’on veut. Et si c’est de l’argent, définir clairement combien d’argent.Vous devez écrire sur un papier exactement ce que vous voulez »
.
Interviewer : Donc si nous pensons à la richesse, nous devenons riches ?
.
Bob Proctor : Absolument ! Mais nous sommes déjà riche. Nous sommes juste à court d’argent.
.
Interviewer :  Ok donc pour ceux parmi nous qui voudraient gagner plus d’argent ou avoir plus de bonheur ou peu importe, la façon dont nous voyons le succès, ou pour ceux qui veulent atteindre des objectifs qu’ils se sont fixés, nous devons donc en premier faire quoi ?
.
Bob Proctor : La première chose à faire c’est s’asseoir et décider de ce qu’on veut. Et si c’est de l’argent, définir clairement combien d’argent. Beaucoup d’argent… ? Figurez-vous que personne ne sait réellement combien le mot « beaucoup » représente. Il faut être précis ! Vous devez écrire sur un papier exactement ce que vous voulez ; et vous gardez ce papier avec vous, et vous le lisez souvent. C’est ce que j’ai appris dans le livre « Réfléchissez et devenez riche ». C’est ce qu’ils enseignent dans les séminaires. Ils enseignent aux gens comment faire pour se fixer des buts .
.
« Trouvez une personne qui est déjà en train de faire une chose que vous avez envie de faire »
.
Mais vous avez à décider précisément ce que vous voulez et ensuite vous commencez à y réfléchir.  Vous allez voir apparaître dans votre esprit des pensées qui vous disent que
vous ne pouvez pas obtenir ce que vous voulez. Mais vous avez la capacité avec votre esprit conscient de refuser ces idées limitantes de les chasser de votre esprit. Le fait de réfléchir à la raison pour laquelle vous ne pouvez pas faire quelque chose ne va pas vous aider à avancer. Donc continuez à réfléchir jusqu’à ce que vous trouviez une idée sur la façon dont vous pouvez faire ce que vous voulez et le chemin à suivre pour y arriver vous apparaîtra. Ça viendra sous la forme d’une image dans votre esprit.
.
Réfléchissez à la façon dont vous pouvez arriver et non pas la façon pour laquelle vous ne pourrez pas y arriver.
.
Interviewer : Donc ça consiste à réfléchir à la façon dont nous pouvons atteindre nos buts ?
.
Bob Proctor : Exactement ! Ne réfléchissez qu’à la façon dont vous pouvez y arriver. Je dirais même qu’ avant même de démarrer ça, vous devriez vous procurer un bon livre et commencez à l’étudier. Trouvez une personne qui est déjà en train de faire une chose que vous avez envie de faire ; et apprenez à connaître cette personne. Ne demandez ni les avis à des experts, ne demandez ni à votre voisin, ni  à votre père, ni à votre mère, ni à votre frère ou à votre collègue de travail, car il y a de grandes chances qu’ils n’en savent rien. Il n’y a aucune raison de demander une personne « comment gagner beaucoup d’argent ? » s’ils ne gagnent eux-mêmes que 10000 euros par an ; ils ne savent pas ! S’ils savaient réellement, ils gagneraient probablement beaucoup plus d’argent…
.
Dans le même principe vous n’allez pas voir un docteur malade si vous voulez améliorer votre santé. Donc, trouvez quelqu’un à qui vous adresser pour avoir les conseils. Achetez un vrai bon livre et restez concentré sur ce livre là ; étudiez-le !
.
Je garde ce livre avec moi comme si c’était la bible. Il s’agit du livre réfléchissez et devenez
riche de  Napoléon Hill. ça fait 23 ans que je le lis et je le relis ; et je vais probablement continuer de le relire durant les vingt trois prochaines années. 
.
J’ai ici quelques très bons livres que j’ai apporté aujourd’hui. L’un s’appelle le « pouvoir de votre subconscient » ; je ne reçois aucune commission pour vendre ces livres. L’auteur nous a quitté il y a quelques années déjà. Mais, le Docteur Joseph Murphy a écrit le livre « le pouvoir de votre subconscient » ; et c’est probablement l’un des meilleurs livres que vous ne pourrez jamais trouver. Car vous allez apprendre des choses au sujet de votre esprit en lisant ce livre.
.
Je lis énormément et je dois avoir probablement plus de 1000 livres chez moi dans ma bibliothèque. Mais celui que je transporte partout et que je lis tout le temps, c’est 
réfléchissez et devenir riche. Je n’ai jamais cessé de le lire.
.
Interviewer : Quel est l’intérêt de le relire autant de fois ? J’imagine que vous connaissez le contenu ce ce livre vraiment bien !
.
Bob Proctor : Je pense que je pourrais le réciter entièrement. Le secret c’est que j’ai lu un livre une fois et qu’il disait : 
.
« Quand vous lisez un bon livre pour la seconde fois, vous n’y voyez pas quelque chose que vous n’aviez pas vu auparavant. Mais vous voyez en vous quelque chose qui n’était pas présent auparavant ».
.
« Dans un domaine spécialisé, une personne éduquée est quelqu’un qui a tellement développé ses facultés de son esprit qu’elle peut obtenir n’importe quelle chose qu’elles désirent »
.
.
Si vous voyez quand je lis, ça créé en moi une plus grande compréhension. Laissez-moi vous lire juste une ligne. Il a dit que le chaînon manquant dans tous les systèmes éducatifs qui existent de nos jours peut s’expliquer par l’incapacité de nos institutions éducatives à enseigner aux étudiants de quelle façon organisée et utiliser le savoir après.  Il ajoute que nous devrions comprendre la vraie définition du mot « éduquer ». Il ne s’agit pas d’aller dans un bâtiment pendant 25 ans, car ça c’est juste acquérir de l’information. En faisant cela, vous développez probablement votre mémoire.Mais je me demande de quelle façon vous développez votre esprit – et je ne suis pas contre l’éducation car j’ai encouragé mes enfants à aller à l’école. 
.
Il dit que le mot « éducation » est composé du mot « educo » et il ajoute que ce mot educo signifie induire, puiser ou se développer depuis l’intérieur.  Une personne éduquée n’est pas nécessairement une personne qui a une connaissance générale abondante. Dans un
domaine spécialisé, une personne éduquée est quelqu’un qui a tellement développé
ses facultés de son esprit qu’elle peut obtenir n’importe quelle chose qu’elles
désirent – ou son équivalent – sans avoir à violer les droits des autres personnes.
.
une personne éduquée est quelqu’un qui sait comment se comporter pour obtenir ce qu’elle désire de la vie et le tout, sans être égoïste. Donc ça serait quelqu’un qui cherche, qui sait ce qu’il veut, qui sait comment l’obtenir et qui agit pour l’obtenir. Je pense que le devrions tous être des « chercheurs » car, l’apprentissage dure toute notre vie. Vous ne cesserez jamais d’apprendre ! L’éducation signifie « puiser à l’intérieur ». On puise dans une source infinie. Nous avons des réservoirs très vastes de talents et de capacités à l’intérieur de nous.
.
.
« … c’est une méthode très réelle qui s’appuie sur les principes du succès qui remonte à six mille ans d’histoire ».
.
Nous pouvons apprendre à tout faire  ! Nous avons des pouvoirs phénoménaux. Si nous utilisions notre corps de la même façon que nous utilisons notre esprit, nous ne bougerions probablement que le petit doigt. 
.
Interviewer : Donc nous n’utilisons pas suffisamment notre esprit ?
.
C’est évident que non !  personnes ne nous a appris comment le faire. Les enfants à l’école devraient apprendre tout ça ! Bien avant que l’école commence, il devrait s’asseoir et on
devrait leur donner un carnet de notes vierges et leur faire visualiser les notes qu’ils veulent avoir. Les écrire sur le propre carnet de notes. Et cela bien avant que l’école commence ou pendant la première semaine de cours. Ensuite le professeur devrait dire :
.
« Maintenant je veux juste que tu te concentres sur comment faire pour obtenir ces notes et je ne veux pas que tu penses que tu ne puisses pas les obtenir. Je veux que tu trouve la démarche adaptée afin que tu les obtiennent. »
.
Bien sûr, certaines personnes diront que ce n’est pas une méthode réaliste. Pourtant, c’est une méthode très réelle qui s’appuie sur les principes du succès qui remonte à six mille ans d’histoire. C’est de cette façon que tout a été accompli ! 
.
.
Interviewer : Ne serait-ce pas une idée un peu folle, un souhait aberrant ou un doux rêve ?
.
Bob Proctor Non c’est là d’où provient toute notre grandeur. Notre grandeur vient de notre imaginaire. Je suppose que quand Edisona pensé la première fois à une ampoule de lumière, c’était un fantasme. Mais il a poursuivi son fantasme ; il en a fait une théorie puis il en a fait une image et enfin il en a fait une réalité. 
.
Vous savez que vous pouvez penser de façon négative ou penser de façon positive. Mais vous ne pouvez pas penser les 2 en même temps et vous ne pouvez que penser d’une façon à la fois.
.
.
Je me rappelle que quand j’étais un enfant, c’était un fantasme de penser qu’on irait sur la Lune ; on y allait avec des voitures et on a joué au golf là bas.
.
Interviewer : Vous avez évoqué l’attitude comme étant parmi les principes du succès.
.
Bob Proctor  : L’attitude ; il s’agit de la façon dont vous pensez, la façon dont vous ressentez la façon dont vous vous comportez. C’est assez difficile pour moi d’expliquer clairement l’attitude dans une conversation classique.
.
Lors des séminaires, j’utilise un tableau blanc et c’est ce que j’ai fait lors de ce séminaire sur l’attitude que j’ai donné hier soir. Nous avons passé trois heures à échanger sur ce seul sujet. Donc le faire ici en trois minutes, je ne peux pas le faire ou du moins je n’ai pas encore appris à le faire. Nous avons adopté une attitude gagnante tout le temps.
.
Interviewer :  Je reconnais que c’est difficile ! D’accord dans les relations humaines on dit que le plus dur pour gérer les gens, c’est de gérer leurs attitudes.
.
B. Proctor  : C’est vrai ! c’est ce qui constitue le management.  nous ne pouvons pas changer l’attitude des gens. Personne ne peut changer l’attitude de quelqu’un
d’autre. La seule attitude que l’on peut changer et la nôtre. Vous savez dans le domaine du
management, on pense souvent que comme tout vient de l’attitude des gens, on ne peut rien y faire. Mais  les managers sont arrivés à la conclusion que :
.
Il s’agit de l’attitude etc, et ont décidé d’apprendre de nouvelles choses aux gens sur leur attitude. Il suffirait de leur enseigner les choses au sujet d’eux-mêmes de leur faire prendre conscience qu’ils ont de la valeur, qu’ils ont de la richesse, qu’ils sont la plus grande ressource de l’entreprise. Les entreprises dépensent environ 65% de chaque dollar gagné pour payer les salaires et les bénéfices des employés. Et pourtant les dirigeants en savent moins sur leurs employés que sur n’importe quel autre sujet . Ils en savent plus au sujet des gadgets et des trucs inutiles que ce qu’ils savent au sujet des gens.
.
Interviewer :  Donc, vous suggérer que nous développions une attitude gagnante. Pouvez-vous définir ce qu’est une attitude gagnante ?
.
B. Proctor  : Laissez moi faire une digression pendant quelques secondes. Tout l’univers
Les Rouleaux Universels de la prospérité sont inclus dans le passeport pour la réussite
Les Rouleaux Universels de la prospérité sont inclus dans le passeport pour la réussite => cliquez sur l’image
fonctionne sur des lois. Il existe une loi appelée la loi des opposés, également appelée loi des polarités. Chaque chose à son opposé ; il y a le côté droit, le côté gauche. Il y a devant – derrière, chaud – froid, positif – négatif – ying – yang. Vous savez que vous pouvez penser de façon négative ou penser de façon positive. Mais vous ne pouvez pas penser les 2 en même temps et vous ne pouvez que penser d’une façon à la fois.
.
Nous devons entraîner notre esprit à penser ou à chercher ce qui est positif ou les choses qui sont bonnes. Il y a du bon dans toute chose. Il n’existe rien qui soit 100% mauvais.
.
Interviewer :  Et dans le cas d’une crevaison ou d’une panne ?
.
Bob Proctor  : Il y a quelque chose de bon dans cela ; il y a toujours quelque chose de bon dans tout sujet. Vous aurez peut-être à chercher pour trouver ce qui est bon, mais il y a quelque chose de positif dans toute chose. Il doit y avoir du positif et du négatif dans toute chose. Afin que cette chose puisse exister, il existe une loi qui arrangerait cela ; et la science a pu l’expliquer à partir du moment où l’on comprend qu’il existe cette loi des opposées, qu’il y a des pensées négatives et des pensées positives. 
.
Lorsque ce flux d’énergie se répandent dans notre esprit, nous décidons la façon dont nous allons penser. Les personnes qui sont au chômage peuvent décider de penser :
.
« Je ne peux pas trouver un travail »
.
Où ils peuvent décider de penser : « je peux trouver un travail »
.
S’ils pensent qu’ils vont en retrouver un , alors ils vont commencer à attirer vers eux un flux de pensées pour les aider à trouver une solution pour trouver du travail. Vous devez vraiment comprendre la façon dont notre esprit conscient et notre esprit inconscient fonctionnent en rapport avec notre corps et notre monde physique, afin de comprendre quelle attitude adopter. L’attitude devrait être une matière enseignée à l’école ; bien avant la lecture, l’écriture, l’arithmétique ou quoique ce soit d’autre. Car c’est l’attitude d’une personne qui va déterminer quelle note elle obtient.
.
.
Interviewer :   D’accord et peut-être que l’on peut lier ce sujet de l’attitude avec le business de l’image de soi même dont vous avez parlé ?
.
.
Bob Proctor : Quand nous avons parlé des principes qui mènent au succès, je disais qu’il faut avoir une attitude gagnante. Il faut que vous fixez des objectifs puis vous devez travailler sur votre image de vous-même concernant la façon dont nous construisons les images dans notre esprit.
..
Le docteur Maxwell MALTZ a découvert le concept de l’image de soi, et il l’a décrit de la façon dont nous le connaissons aujourd’hui. C’était en 1960. Il était chirurgien  esthétique et il a réalisé qu’en opérant des gens, il pouvait par exemple leur enlever une vilaine cicatrice sur le visage ; il a remarqué que parfois après avoir enlevé la cicatrice ou par exemple refait le nez, il y avait un grand changement psychologique qui avait lieu chez le patient. Ceci peut être ou non interprété comme cela mais le patient pouvait devenir glorieux ou sociable. Il a conclu que nous devons avoir deux images de nous-mêmes :
..
Une image extérieure et une image intérieure de nous mêmes. Il a alors étudié ce sujet et a écrit un superbe livre qui s’appelle Psychocybernétique. Ce terme psycho voulant dire l’esprit et la cybernétique c’est la science du contrôle et de la communication.  il parle donc de ça ; il explique comment chacun d’entre nous a une image de soi dans son esprit.
..
Trop de gens ne savent pas grand chose au sujet d’eux-mêmes. Donc, ils ne développent pas une bonne image de soi, et vous pouvez souvent voir des gens qui sont timides  – qui restent à l’écart – qui ne vous regarde pas dans les yeux – qui regarde par terre ou en hauteur. Ces gens ne vont jamais essayer de faire quoi que ce soit qui pourrait avoir un grand impact. Car ils pensent qu’ils en sont incapables. Ils ont une piètre image d’eux mêmes
..
Interviewer :  Donc c’est en partie, car à l’école on nous a dit que nous ne pouvons pas faire quelque chose de bien, qu’on échoue ici ou là ; qu’on l’a des mauvaises notes etc.
..
Bob Proctor : Oui je pense que le principe du test du QI (quotient intellectuel), ne nous a
Comment atteindre ses objectifs personnels. Guide gratuit pour adopter les stratégies de succès
Comment atteindre ses objectifs personnels. Guide gratuit pour adopter les stratégies de succès (cliquez sur l’image)
vraiment pas rendu service. Avec mes respects, mais comme c’est vous qui évoquez le sujet de l’école, Alfred Binet (lire sa biographie => ici) le français qui a inventé le test du QI lors du siècle dernier. Nous l’avons ramené de Stanford jusqu’à chez nous et on teste l’intellect d’une personne ; puis ceci va définir des étiquettes en tant que bons ou intelligents. Mais ce n’est pas vrai ! Nous pouvons changer le QI de quelqu’un en changeant l’image de soi-même. En effet si on nous dit que nous ne sommes pas bons ou la phrase classique:
..
« Tu es comme ton père ou tu es un idiot » ou « tu n’y arriveras jamais, tu ne vas pas à l’école », « tu ne peux pas réussir ». Tout ceci c’est faux ! On peut tout réussir ! Nous devrions encourager un enfant ; lui donner un coup de pouce plutôt qu’une gifle.
..
Interviewer : Donc que pouvons nous faire ? Dans une certaine mesure la plupart d’entre eux rencontrent des difficultés avec le principe de l’image de soi. Est-ce juste de dire cela ?
..
Bob Proctor : Nous avons tous une image de nous-même !
..
Interviewer : Diriez-vous que la plupart d’entre-nous avons une image négative de nous-mêmes en général ?
.
« …visualisez la façon dont vous voudriez vivre votre vie. Imaginez-vous en vivant déjà cette vie.
.
Bob Proctor :  Disons que nous pouvons tous améliorer l’image de nous-mêmes. Peu
importe si votre image est déjà bonne, vous pouvez encore l’améliorer.
..
Interviewer :  Comment faire pour l’améliorer ? Donnez-moi un exemple précis ; comment faire en sorte de créer une image de soi qui soit plus positive ?
..
Bob Proctor :  Une fois de plus il nous faudrait un séminaire d’une journée complète. Mais si je devais vous donner juste une astuce très simple ; la voilà il faut que la personne s’assoit et créé un état de relaxation totale dans son corps. Ensuite commencez à visualiser dans l’esprit, afin de se voir de la façon dont on a envie de se voir. 
..
Interviewer : J’imagine que ça peut nécessiter un peu d’entraînement ; je veux dire afin d’avoir une idée de comment nous voulions nous voir. Peut-être qu’on ne sait même pas de quelle façon nous voulons nous voir.
..
Bob Proctor : Pensez à quelque chose de précis
..
Interviewer : Quelqu’un qu’on admire peut-être ? Ou un endroit où nous voudrions nous voir dans quelques années. 
..
« J’observe les gens lors de mes séminaires et je vois leur personnalité changer sous mes yeux. Tout ce qu’ils font c’est de commencer à se voir d’une façon différente. Commencez à penser différemment  ! »
..
Bob Proctor :  Oui,visualisezla façon dont vous voudriez vivre votre vie. Imaginez-vous en vivant déjà cette vie. Il faut que vous compreniez que c’est une image dans votre esprit. Quand vous ouvrez un livre, ce n’est rien d’autre qu’une image que l’auteur a décrit à travers des mots. On a demandé une fois au grand artiste Van-Gogh comment il faisait pour réaliser des choses si belle. Il a répondu : « Je rêve mais peinture et ensuite je peins mes rêves ». lI obtient l’image dans son esprit et ensuite il la peint sur un mur ou un 
tamis.
..
Reprenons ! Nous nous relaxons et nous construisons l’image dans notre tête sur la façon dont nous aimerions nous voir. La façon dont nous voudrions nous voir nous comporter dans la vie, dans les relations avec les autres personnes, notre vie sociale, nous voir dans le métier que nous voulons, la façon dont nous voulons faire une présentation de marketing, dans le cas où nous voulons être dans le domaine de la vente etc. Ensuite vous prenez cette image ; vous la décrivez et vous l’écrivez en utilisant des phrases au présent. Par exemple : « Je suis tellement heureux que je me vois réussir ». Ecrivez tout cela. 
..
Je sais que beaucoup de gens vont rire à cette méthode et dire que ça n’a aucun sens, mais ça a énormément de sens. Ces personnes ne peuvent pas vous dire pourquoi ça n’a
aucun sens. Moi je pourrais passer des heures à vous expliquer pourquoi ça a du
sens et je pourrai l’expliquer avec tellement de détails que tout le monde comprendrait...
..
Donc écrivez une description sur comment vous voudriez vous voir vous-même et commencez à la lire et la relire et la relire et la relire encore. Lisez-là tous les jours ; gardez-la partout avec vous et continuez à lire. Le point primordial que tous les grands enseignants ont évoqué au cours de l’histoire ; ils ont tous été unanimes à ce sujet c’est que nous devenons ce à quoi nous pensons. Ceci peut nous paraître un fantasme au premier abord ; ceci peut même parfois nous sembler être des mensonges, mais si vous lisez suffisamment ce que vous avez écrit vous commencerez à y croire. 
..
Quand William James a dit : « Croyez et vos croyances créeront les faits » vous verrez la personnalité d’une personne changer. J’observe les gens lors de mes séminaires et je vois leur personnalité changer sous mes yeux. Tout ce qu’ils font c’est de commencer à se
voir d’une façon différente. Commencez à penser différemment  !
..
Interviewer :  Donc nos pensées contrôlent nos actions, C’est cela ?
..
Programme des Parchemins Universels du Succès. Réalisez la vie dont vous rêvez
Programme des Parchemins Universels du Succès. Réalisez la vie dont vous rêvez => cliquez sur l’image)
B. Proctor :   Oui sans aucun doute ! En fait nos pensées contrôlent nos sentiments – et nos sentiments contrôlent nos actions et nous contrôlons nos pensées. Or nous pouvons contrôler nos pensées ; donc généralement l’une de nos difficultés c’est peut-être que nous avons tendance à réagir à ce que les autres personnes nous disent. Lorsque nous avons 
constamment des pensées négatives ; ceci affecte nos sentiments, puis affectent nos comportements. C’est ainsi comment ça se passe. 
..
Par exemple, nous lisons les journaux et le pessimisme nous envahis. Tout ce que l’on a fait c’est l’accepter. Nous ne devrions pas laisser entrer le pessimisme en nous.
..
Par exemple, vous savez depuis tout temps, il y a eu des gens en faillites. J’ai grandi avec l’idée que tout le monde est devenu pauvre lors de la crise des années 30.  Mais ce n’est pas vrai ! Certains ont gagné des millions ! Je pensais que tout le monde était au chômage, mais certains ont démarré des affaires partout. Tant il y a des faillites pour certaines personnes, en même temps il y a de la prospérité pour d’autres.
..
Posez-vous la question suivante quand vous lisez quelque chose dans les journaux ; « Est ce que je veux être impacté émotionnellement par ce sujet  ? »
..
Si c’est un sujet négatif, je n’ai pas envie d’être impactée personnellement. Je ne lis pas les journaux souvent, mais quand ça m’arrive, je ne m’y attarde pas. Ainsi, vous ne vous sentez pas impactés émotionnellement. Ou quand un sujet ou une idée arrive dans votre esprit (que cela vienne de quelqu’un qui vous parle ou de ce que vous lisez dans les journaux),  nous devrions nous poser la question suivante :
....
« Est-ce que cette idée m’aide à aller là où je veux aller ?
Si ce n’est pas le cas, il faut la rejeter !
.
Interviewer : D’accord Bob ! J’ai très apprécié notre interview. Rapidement pour les personnes intéressées en apprendre plus sur votre philosophie du succès et je sais que vous donnez des astuces très précises sur ce qu’on peut faire pour avoir plus de succès. Je vous remercie pour votre présence Bob.

Bob Proctor : Le plaisir est pour moi.

Offert par développement personnel club.com et Didier Pénissard coach. 2019
7 habitudes de ceux qui réalisent ce qu'ils désirent et la clé infaillible du succès gratuit
Gratuit les 7 clés infaillibles du succès + les 7 habitudes de ceux qui obtiennent de la vie ce qu’ils désirent

GRATUIT ! « Les 7 Habitudes (à connaître) de Ceux Qui Obtiennent de la Vie ce qu’ils Désirent » => j’y accès ici

 

Plan du site  –  Page d’accueil   –  Boutique du club

C’est ICI et Gratuit !

5 Commentaires

  1. Après avoir revue la vidéo de Bob Proctor.
    Voici, l’idée que j’avais complètement oubliée. J’avais envoyé un email a Tony Robbins mais sans réponse.
    Une application Apple IOS membre appelée Architect de vie.
    Un serveur web dédier et les applications Apple IOS se reliant.
    Difficile à expliquer une vision reliant les membres ensembles un peut comme Facebook.
    Si jamais cela suscite un intérêt je devrais le mettre à jour ?

  2. Bravo pour tout ce que vous faites, vos newsletters sont très inspirantes, dans le foule de ce que je reçois je ne manque jamais de lire les votre : rapidité, fiabilité, inspiration, bienveillance, vraiment bravo et Merci. Lionelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*