7 conseils efficaces pour vaincre la peur de parler en public

18
493

 7 Conseils Pratiques pour Vaincre la Peur de Parler en Public 

7 conseils pratiques pour vaincre la peur de parler en public
La peur en public est sans doute une des craintes les plus répandues dans le monde

   Il n’est pas rare de constater que parmi mes correspondants, la peur de parler devant un public est une forme de défi jugé parfois le plus effrayant qui soit. 

   Essayons d’y voir plus clair et de résoudre quelque peu ce problème.  Je suis moi-même orateur et conférencier. J’ai rencontré à de nombreuses fois cette peur qui vous fait perdre vos moyens.

   Les personnes qui subissent ce problème déclenchent en général une forme d’anxiété dès qu’elles sont invitées à prendre la parole devant un groupe.

 Certains vivent cela comme une paralysie qui peut inhiber totalement leur capacité. Des sensations d’engourdissement, d’angoisse, de sueur froide peuvent se déclencher et rendre impossible la possibilité de s’exprimer.

  <= écoutez le Podcast pour vaincre la peur de parler en public

# 1.  Voici 7 conseils pratiques que j’utilise pour vaincre la peur de parler en public  

  Lorsque vous vous faites une présentation (ou un discours) en public, n’oubliez pas de respirer profondément et calmement.

   Si vous n’y parvenez pas, faites une pause à intervalles réguliers et reprenez le contrôle de votre souffle pendant 3 minutes.

 Sachez que la tension nerveuse est étroitement liée à la qualité respiratoire. Cet exercice apparemment de routine vous aidera vraiment à rester plus calme et de prendre la parole avec plus de sérénité. 

 

# 2.Vous devez vous rappeler que le public est là pour la raison qu’ils sont venus vous écouter !

  Vous gagnerez en confiance sur vos auditeurs beaucoup plus rapidement si vous reconnaissez leur présence.

  Pour cela, dès les premières minutes essayez d’interagir avec eux en leur demandant leur motivation ou de répondre à des questions.

  Parfois, simplement en faisant un contact visuel avec quelques personnes ciblées dans la salle peuvent faire une grande différence dans les performances de votre expression en public. 

 

# 3. N’essayez jamais de mémoriser les mots et les phrases de votre message

La peur de parler en public s’installe progressivement par une forme de réflexe inconscient. On peut la comparer avec une expérience similaire et célèbre du comportement de Pavlov.  Les chiens de Pavlov sont bien connus pour leurs réponses apparemment inappropriées au son d'une cloche.  L'expérience a été assez simple. Une cloche sonne immédiatement avant que des chiens soient nourris. Au fil du temps, les chiens salivent dès que le son de la cloche retentit.  Mais, le plus surprenant, le processus de salivation des chiens se produit, qu’il y ait ou non de la nourriture dans leur gamelle. Leurs réponses instinctives de salivation sont donc associées au son de la cloche.  Les associations mentales sont souvent très puissantes. Ainsi, l'esprit peut y associer une expérience bien plus inhibante qu'elle ne l'est vraiment.  Il est important de se rappeler que vous pouvez contrôler vos pensées et vos sentiments dans une certaine mesure.
La peur de parler en public s’installe progressivement par une forme de réflexe inconscient. On peut la comparer avec une expérience similaire et célèbre du comportement de Pavlov.

  Les chiens de Pavlov sont bien connus pour leurs réponses apparemment inappropriées au son d’une cloche.

   L’expérience a été assez simple. Une cloche sonne immédiatement avant que des chiens soient nourris. Au fil du temps, les chiens salivent dès que le son de la cloche retentit.

   Mais, le plus surprenant, le processus de salivation des chiens se produit, qu’il y ait ou non de la nourriture dans leur gamelle. Leurs réponses instinctives de salivation sont donc associées au son de la cloche.

Les associations mentales sont souvent très puissantes. Ainsi, l’esprit peut y associer une expérience bien plus inhibante qu’elle ne l’est vraiment.

Il est important de se rappeler que vous pouvez contrôler vos pensées et vos sentiments dans une certaine mesure.

 Vous vous induirez un stress ingérable par peur d’oublier. 

 Au lieu de cela, notez sur une fiche bien aérée l’essentiel de votre sujet. Puis, indiquez des (*) pointeurs sur chaque élément important.

   La peur de parler en public est fréquemment causée par la volonté de faire du par cœur. Oubliez cela ! Il vaut mieux lire (ou mémoriser) des grands thèmes de votre message.

 De cette façon, vous pouvez toujours avoir vos notes sous les yeux lorsque vous doutez de ce qu’il faut dire. C’est une manière très rassurante d’éviter de perdre le fil de votre intervention.

 

  # 4. Ne vous mettez pas trop de pression  

  Vous n’allez pas jouer votre vie dans une intervention. 

   Je vous invite à dédramatiser ce moment. Personne (mais absolument personne) n’est ressorti d’un discours détruit. Pensez uniquement au point principal, à savoir: 

   « Vous devez faire passer un message », rien de plus. 

   Plus vous considérez votre intervention comme d’une grande importance et plus vous risquez de perdre vos moyens. De toutes manières, dans la pire des situations (très improbables), les participants auront très vite oubliés vos insuffisances. 

# 5. Pensez que les participants sont vos amis

   Vous avez en vérité des personnes qui VEULENT votre réussite. Vous en doutez ?

   Quand vous êtes vous-même participant à un meeting, ou encore une conférence, vos intentions sont d’aider et d’encourager à ce que l’intervenant réussisse.

   Vous ne pensez pas à son échec, au contraire. C’est exactement la même chose avec celles et ceux qui viennent vous écouter.

   L’auditoire SAIT que les orateurs ont peur de parler en public. Mais, il n’est JAMAIS dans l’état d’esprit d’aggraver la situation de l’orateur qui est en face de lui.  

# 6. Concentrez-vous sur le message que vous devez transmettre et oubliez-vous en tant que personne

  Plus vous vous recentrez sur votre personne et plus risquez de tomber dans le piège de la panique.

   Le message, encore le message, toujours le message. Votre esprit, vos pensées et votre énergie doivent être focalisés uniquement sur votre message. Rien d’autre.

 Et je vous assure que votre peur s’évanouira…

 

  # 7. Faites un « scan mental » rapide des zones de tension avant de parler devant un public

 Rapidement, détectez les zones de tensions de la gorge, des épaules, de la nuque, du ventre, etc.

 Le Docteur Kurosawa a démontré que lorsque l’on prenait conscience de nos zones de tension, elles ont tendance à se relâcher par la simple prise de conscience de celles-ci. Plus on prend conscience de ces zones tendues dans son corps, plus il devient facile de la réduire en se disant :

   « Je prends conscience que (nommez la zone tendue); je relâche cette partie de mon corps »

 (c) Didier Pénissard Coach
Formateur d’Orateur de Haut Niveau
 

                                                         
Extrait Vidéo du programme de Didier Pénissard pour vous Apprendre à Parler en Public avec Aisance

Comment parler en public et devenir un orateur de haut niveau en 90 jours  => Si ce sujet vous intéresse, je suis l’auteur d’un programme très complet sur le sujet :
« Comment parler avec aisance et devenir un orateur de haut niveau »

  

 – Plan du site –   Page d’accueil  – Boutique du club – 

https://developpement-personnel-club.com/wp-content/uploads/2014/11/cadeau_developpement_personnel_gratuit.jpg

C’est ICI et Gratuit ! 

18 Commentaires

  1. Bonjour et merci pour ces 7 conseils très intéressants !

    J’ai toutefois une question à vous poser. Sur votre point 6 vous conseillez à l’orateur de « s’oublier en tant que personne », que voulez-vous vraiment dire ici ?

    En effet je reste persuadé que ce que vient chercher un public ce sont, certes, les connaissances apportées par l’orateur, mais aussi et surtout sa personnalité, l’angle sous lequel il transmet ces connaissances.

    J’ai tendance à conseiller de personnaliser le message. En fait, d’appliquer un peu de « personal branding » sur les données apportées à l’auditoire, ce qui est d’ailleurs conforté avec votre conseil n°2 (se rappeler que le public est là pour nous écouter).

    Quoiqu’il en soit encore merci !

    Jérôme

    • Bonjour Jérôme,
      s’oublier veut dire : ne pas s’auto analyser en permanence. le but est que notre conscience ne se focalise pas sur notre manière d’être, de parler, ou de s’iinterroger en permanence sur soi. Au contraire, dans l’art de parler en public, le secret est de porter son attention sur l’extérieur, sur son plan, son auditoire.

    • Bonjour Traore,

      J’entends par les zones de tensions, celles qui se ressentent dans vos corps lorsque la peur de parler en public vous envahit. Ce peut-être la nuque qui est tendu, le ventre (surtout au niveau du plexus solaire) qui est hypertendu, les mains et les jambes qui tremblent (fébrilités e certains membres, la gorge serrée, etc.
      C’est donc sur ces zones de tensions qu’il faut agir !
      Bien à vous
      Didier Pénissard Coach

      • Bonjour, je me permet même de rajouter en complément de cet article intéressant, le fait de bouger juste avant un oral. Couplé à la respiration profonde, vous allez justement détendre votre corps un peu à l’image d’un boxer qui saute sur place avant un combat.
        Cela vous offrira une augmentation de la confiance en vous ainsi qu’une diminution des zones de tensions.
        Voila merci encore pour cet article.

        Amicalement,
        William

  2. Merci Didier de votre disponibilité et de vos enseignements .je suis un agent d’élevage .j’avoue que j’ai des difficultés à parler en public surtout au commencement avec vous j’espère que cela disparaîtra. Merci.

    • Bonjour Mustapha,
      Sachez que parler en public n’est pas un don mais un ensemble de techniques qui s’apprennent.
      Si vous appliquez mes conseils, il y a de grandes chances que vous fassiez des progrès. Mais, surtout exercez-vous avec des petits groupe (2 ou 3 personnes) avant de vous confronter à vous exprimer devant un plus grand auditoire. Allez-y en douceur.
      bien à vous
      Didier Pénissard coach

  3. J’ai 41 ans et je suis toujours « la discrète » en réunion, qui n’exprime jamais rien et qui fuit toute situation qui pourrait m’exposer face à un public et quand je n’ai pas le choix, je suis toujours déçue de ma présentation vite expédiée, le cœur incontrôlable et le souffle complètement coupé. Tout cela ne m’aide pas à me sentir mieux. On m’a souvent qualifiée d’anxieuse.J’ai lu beaucoup sur le sujet mais qu’est-ce qui fait la différence dans votre offre par rapport à tout ce qui est proposé ?

    • Anxiété sans doute, mais cela n’explique pas tout !
      On peut être anxieux et avoir des présentations orale face à un public de « bonne tenue » et convaincantes.

      Les symptômes physiques que vous exposez sont la conséquence d’une glossophobie (peur de parler en public). votre
      crainte se manifeste par des réactions somatiques qui vous inhibe dans vos explications. Du coup, votre prestation est moyenne.

      Bon, tout ceci n’est pas une fatalité, loin de là !

      Il y a déjà plusieurs manières d’atténuer votre niveau d’anxiété, en faisant une rapide introspection de ce que je nomme le
      langage intérieur. En d’autres termes, ce que vous vous dîtes quelques minutes avant de prendre la parole. Si vous vous
      surprenez à vous dire intérieurement avec des mots comme :
      « ça me paralyse… »
      « j’ai peur… »
      vous déclenchez dans le cerveau une réaction biochimique puissante.
      Ces mots ont une charge de conscience collective élevée car, ils sont associés à toutes les images de catastrophes
      que l’on voit dans les média.
      Déjà, changez ces mots en leur donnant une connotations émotionnelles moins élevées. Par exemple :
      «  »ça me gêne un peu de parler »
      « ‘J’ai une appréhension »
      « ça m’angoisse »

      Vous verrez que vous vous sentez tout de suite moins angoissée.
      Maintenant, pour la formation « comment parler en public avec aisance en 90 jours », ce qui fait sa singularité, est le contenu video essentiellement pratique.
      42 sessions où on entre dans le concret.

      Pas de théorie fumeuse sur l’art de parler en public. ici, rien que du concret.

      De plus, il n’y a aucune forme d’entraînement. ce qui est souvent le cas dans les ouvrages sur le sujet.
      Ma méthode est basée sur l’application directe et immédiate dans vos différentes communications de chaque jour.
      En clair, dès que vous avez visionné (et lu, car il y aussi une partie texte liée à chaque session vidéo) , vous n’avez plus
      qu’à intégrer dans votre manière de vous exprimer les conseils que je vous dispense. Ce qui, vous le verrez, ‘est adaptable lorsque vous ferez vos réunions.

      C’est le paradoxe qui étonne mes étudiants orateurs ; à savoir qu’ils croient (à tort) que l’apprentissage pour parler en public est une méthode « à part entière ».
      Eh bien il s’agit d’une fausse-croyance. Une personne qui sait s’exprimer avec aisance en public (ou devant des collègues lors d’une réunion, DOIT appliquer les mêmes principes dans des discussions en face à face avec une autre personne.
      Donc, en conclusion, cette méthode vous permet de progresser peu à peu chaque jour – sans avoir besoin de passer des heures à vous entraîner – Là est sa singularité par rapport aux autres.

      Un autre avantage, après avoir suivi cette formation, vous pouvez m’appeler au téléphone pour que je vous dispense gratuitement des
      conseils spécifiques, sur des difficultés précises que vous pouvez recontrer.

      Je vous réindique le lien de cette formation :
      https://www.developpement-personnel-club-boutique.com/peur-parler-en-public-et-etre-orateur/

      J’espère vous avoir convaincu, et si vous avez encore des questions à soulever, je suis à votre disposition pour vous répondre (téléphone, email, ect)
      Bien à vous,
      Votre Bien Dévoué,
      Didier Pénissard Coach

      • Bonsoir Didier et merci !

        Oui vous m’avez convaincue et je m’inscrirais prochainement. C’est vrai que c’est pour moi une vraie phobie que j’essaie de maitriser plusieurs jours avant quand je sais que je dois intervenir, ce qui ne fait qu’accentuer ma peur. Deux mauvaises habitudes à changer : 1/ ne rien préparer en pensant que je maitrise, que tout est dans la tête après tout ce que j’ai lu sur le sujet et que pourrai improviser. 2/Me répéter des phrases négatives « j’ai peur, je sais pas parler, pourquoi les autres y arrivent et pas moi… » et essayer de contrôler mon cœur qui s’affole. C’est mon cœur qui me perd parce que j’essaie de le maitriser et je fini toujours en apnée. C’est un vrai combat intérieur, car les autres me voient calme et dans la maitrise de ma présentation.

        Je vous remercie d’avoir pris le temps de me fournir toutes ces explications, je m’enrichirai de ces nouvelles connaissances. Le jour où j’arriverai à maitriser cette compétences, je serai la fille la plus heureuse du monde !

        Je vous dis à très bientôt
        Et encore merci d’être autant disponible !

        S

        • Bonjour Stella

          Effectivement , votre façon de vous préparer rendrait tout un chacun dans un état de fragilité
          avant de s’exprimer (moi y compris).
          Encore un petit conseil : svp remplacer l’expresssion « combat intérieur » qui est très anxiogène par :
          difficulté ponctuelle », vous verrez que vous en vous mettrez pas autant de pression à l’évocation de ce simple changement de sémantique.
          Autrement, ce sera pour un vrai changement positif d’appliquer les nombreux conseils et techniques que je vais vous
          délivrer dans ce programme pour parler avec aisance.
          Au plaisir de vous compter bientôt parmi mes étudiante oratrice de haut niveau.
          Bien à vous
          Didier Pénissard coach

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*