Comment convaincre un têtu sans entrer en conflit ?

5
124

 [ Personnes difficiles ]

Comment Convaincre un Têtu Sans Entrer en Conflit ?

Dans les rapports humaines, il existe un type d'individu qui se classe dans les personnalités difficiles. Comment convaincre un têtu de la manière la plus subtile sans entrer dans une relation de conflit est possible
Dans les rapports humaines, il existe un type d’individu qui se classe dans les personnalités difficiles. Comment convaincre un têtu de la manière la plus subtile sans entrer dans une relation de conflit est possible

 Qu’on le veuille ou non, nous vivons tous avec des gens têtus !

  Et parfois, nous devons (vous aussi j’imagine…) les affronter pour les convaincre de notre « bonne foi » ou
autre chose.

   Alors, que faire quand on a en face de nous une vraie « bourrique » ?

<= Ecoutez le Podcast pour convaincre un têtu

   La première démarche est de vérifier si vous avez à faire à un « têtu renfermé » ou au contraire un « têtu dominant ».

   C’est une classification nécessaire ! Elle exige de réagir de façon différente et adéquate pour l’une et l’autre des deux catégories.

 # Comment convaincre un têtu renfermé ?

   Dans le cas du têtu renfermé, sa démarche est celle d’un comportement qui cherche à se protéger de son entêtement (car il sait qu’il est têtu, sans jamais vouloir l’avouer).

   Sachez qu’il va tenter à la première occasion de s’enfoncer dans son mutisme… pour tenter de se protéger de vos arguments.

   N’essayez pas de l’obliger à vous croire, c’est inutile. La meilleure manière est de l’isoler dans sa démarcheMais, montrez-lui que le monde tournera sans lui.

   Par exemple, au lieu de chercher à le convaincre de faire de l’activité physique, expliquez-lui :

   « Tu veux t’ankyloser et prendre du poids ? Ok continue comme cela, mais nous on va entretenir notre santé en faisant du sport. Reste donc dans ta sédentarité et dans quelques années on en reparle ».

 

# L’individu têtu et renfermé déteste se retrouver seul face à lui-même

   Sachez ceci, le têtu renfermé n’aime surtout pas être isolé. Il déteste cela même s’il montre des signes contraires. Son point d’appui est justement que son entêtement DOIT être appuyé sur votre contre-argument. Dès lors où il se trouve dans une situation où il ne peut plus s’appuyer sur ce dernier, il perd son point-fort.

   Il est donc très important de chercher à lui montrer qu’il est seul au monde dans son entêtement. Et que, pour vous, cela ne changera pas votre opinion.

  Voici un autre exemple pour bien vous familiariser avec ce stratagème contre un têtu refermé :

   A votre travail, vous devez faire face à un ce type de personnage entêté. Or, vous faites équipe avec lui et vous avez une mission fixée par votre chef et vous devez manager ce projet. Celle-ci consiste à changer de méthode de travail suite à un réorganisation interne.

  Mais, dès que vous commencez à lui transmettre vos consignes, vous vous heurtez à un refus de sa part et vous répond:

 « Moi, je ne suis pas d’accord, ça ne me convient pas de travailler comme ça ».

  Puis, après avoir tenté de lui apporter quelques arguments pour le convaincre, il se réfugie dans un mutisme d’huître.

   Voila un sérieux dilemme, me direz-vous qui risque de vous empêcher de dormir quelque nuits n’ayant pas trop le choix. Pourtant, rappelez-vous que le têtu renfermé déteste par dessus-tout se sentir isolé (même s’il cache cette fragilité).

   Encore une fois, tout type d’argumentation pour essayer de convaincre sera stérile. Vous renforcerez son obstination.

  Donc, face à cela, c’est à vous d’entrer en scène ! Dîtes-lui d’un ton affirmatif et ferme: 

   « Entendu, j’ai bien noté que tu refus de changer de méthode de travail. C’est TON choix, Ta décision. Mais, nous, et l’ensemble de l’équipe on l’accepte et on va remplir cette mission sans toi ».

   N’hésitez pas à remettre sur le tapis cette réponse s’il réitère ses refus et son mutisme. je vous assure, que quelques jours plus tard, il viendra de lui-même s’associer à votre démarche. Tôt ou tard, vous noterez (cela peut demander un peu de patience) qu‘il acceptera votre argument.

 

 # Comment convaincre un têtu autoritaire ?

  En revanche, pour le « têtu autoritaire », là il faut un peu plus subtile.

  Le principe est de reprendre à votre compte ses propres arguments, mais de faire une sorte de judo verbalPar exemple, vous incitez l’individu en question à entreprendre une formation pour son avenir professionnel.  Or, vous faites face à refus catégorique :

« Non, je ne veux pas faire cette formation, c’est inutile »

  Si vous essayez de « forcer » le processus pour essayez de faire changer son choix, il y a fort à parier que son attitude va se changer en autorité malsaine. Des réponses du style :

     « J’ai dit, non, c’est non »

ou bien,

     « Il est hors de question de faire cette formation, jamais de la vie ! »

 

# Comment recycler ses arguments à votre avantage
"Dans la famille des personnes difficiles, on rencontre l'individu têtu. Pour apprendre à gérer ce type de personnalité, il est nécessaire de ne pas entrer dans son jeu.. Il consiste souvent à rechercher à vous affronter. N'entrez sous aucun prétexte avec lui dans cette démarche. Montrez-lui qu'il peut rester sur sa position, cela ne changera en rien la vôtre. Laissez-lui donc cette possibilité de conserver son attitude, en lui disant que pour vous, vous ferez autrement". Didier Pénissard
« Dans la famille des personnes difficiles, on rencontre l’individu têtu. Pour apprendre à gérer ce type de personnalité, il est nécessaire de ne pas entrer dans son jeu.. Il consiste souvent à rechercher à vous affronter. N’entrez sous aucun prétexte avec lui dans cette démarche. Montrez-lui qu’il peut rester sur sa position, cela ne changera en rien la vôtre. Laissez-lui donc cette possibilité de conserver son attitude, en lui disant que pour vous, vous ferez autrement ».

   C’est alors que votre stratégie dois prendre en compte que les têtus autoritaires sont très vite déstabilisés. 

   C’est un moyen très pertinent, si vous « recyclez » à votre avantage leurs argumentations.

   Aussi, vous reprendrez à bon compte sa phrase, en lui répondant :

« Oh sur le fond tu as raison. Il vaut mieux rester parfois dans l’ignorance et faire le gros dos, même si au final cette décision nous coûte plus de soucis »…

   Remarquez qu’ici, l’idée est de lui montrer que vous « acceptez » son argument, mais… en ajoutant toujours le vôtre à la fin.

   Un autre exemple, que je reprends volontairement dans l’exemple plus haut de l’autoritaire renfermé. S’il vous objecte :

      « De toute manière, je ne changerai pas d’habitude de travail, je m’y oppose »

   Vous lui répondez illico :

      « Je te comprends sur le fond. Même si cela doit te coûter ton emploi au final »

   Vous comprenez la méthode  ? Vous devez toujours rependre SON argument pour glisser à la fin le vôtre de manière quelque peu cynique, je l’admets. Ainsi, le têtu autoritaire est pris à son propre piège (puisque vous lui montrer que vous comprenez son point de vue au premier abord).

   In fine, vous parviendrez à modifier quelque peu son idée antagoniste primaire. Vous allez en quelque sorte le faire réfléchir et retourner sa conscience vers lui-même. Dans 9 cas sur 10, vous noterez après quelques jours que son point de vue s’est rapproché du votre.

  (c) Didier Pénissard Coach

Comment gérer les personnes difficiles

 C’est dans ce registre que je vous donne les moyens de convaincre les personnes difficiles que vous côtoyez dans votre vie avec le programme :
« Comment gérer les Personnes difficiles – Et vous faire
(enfin) respecter en cliquant => ICI »

 

 

.

5 Commentaires

  1. Bonjour Monsieur Didier,

    Votre générosité et votre dévouement forcent l’admiration. Je ne peux que vous en féliciter et vous en remercier.

    Petit bémol sur votre sujet du jour : il faut quand même faire la part entre les gens « têtus » ( ou « difficiles » ) et les pervers narcissiques vrais qui sont de véritables malades mentaux ( dénommés « psychopathes » en pathologie psychiatrique ) et par définition totalement hermétiques à tout autre point de vue que le leur car ils ont une intolérable viscérale pour ne pas dire urticante à tout avis un tant soit peu discordant du leur.

    Ils font parfois ( et en ce moment d’ailleurs ) les choux gras de l’actualité médiatique notamment pour leur faits d’armes notamment criminels.

    Et je parle en connaissance de cause car je viens d’échapper de peu à l’un de ses spécimens ( mon ex-compagnon) après avoir cru à tort pendant des mois qu’il ne s’agissait que d’un « têtu » ( genre « macho » et surtout « macho italien » dixit….

    Complètement choquée d’avoir frôlé le pire, j’ai consulté un psychiatre pour me remettre de cette grosse frayeur. C’est lui qui m’a fait comprendre que j’avais à faire à un malade mental et que c’est peine perdu de vouloir convaincre ce type de profil. car ils évoluent dans une réalité inaccessible dans laquelle la remise en question, le remords ou tout autre sens moral, la dimension de l’autre et même l’amour sont totalement inexistants.

    Le pire, c’est que je l’aime encore. Ce qui fait pousser des cris d’orfraie à mon psychiatre. Mais pour moi, rien d’abject : il faut savoir prendre le temps qu’il faut pour surmonter un choc, faire son deuil et que l’amour s’efface. Même d’un point de vue physiologique, cela ne peut pas se faire en un claquement de doigt ! En tant que psy, il est quand même bien placé pour le savoir…

    C’est facile de tourner la page du jour au lendemain là où il n’y a pas d’amour.

    Moralité, avant de s’essayer à convaincre un têtu ( dans le domaine privé notamment ) il vaut mieux prendre le temps de cerner la personnage qu’on a réellement en face. La stratégie et l’angle d’approche sont radicalement tout autre.

    Bien à vous,

    Alvyne

    • Bonsoir Alvyne

      oui en effet, je ne parlais pas des pervers narcissiques.
      Je vous rassure, pour étudier depuis 20 ans les personnes difficiles, ils restent une très faible minorité (heureusement).
      Merci de votre message

      Votre Bien Dévoué,
      Didier Pénissard

      • Cher Monsieur Didier,

        Encore merci pour votre retour.

        Très franchement, à l’heure d’aujourd’hui tous vos programmes devraient remplir ma bibliothèque physique et audiovisuelle tant les défis n’ont cessé de m’assaillir dans tous les domaines de ma vie ces dernières années et tant j’aimerais bien enfin goûter paisiblement les fruits du bonheur…

        Ne sachant vraiment par quel bout prendre la situation pour améliorer durablement les choses, lequel de vos programmes me suggérez-vous pour démarrer ?

        Bien cordialement,
        Alvyne

  2. Comment enfermer une tête de mule dans sa bêtise et lui faire boire jusqu’à la lie le fiel de sa sagesse saugrenue. Ça marche à tous les coups. On ne cherche pas à convaincre le sot. C’est une perte d’énergie. Mais on l’enferme dans sa sotise, tout en laissant une fenêtre ouverte pour qu’il voit l’intelligence et la sagesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*