L’auto sabotage ou comment s’interdire de réussir sa vie

27
165

L’auto sabotage ou comment s’interdire de réussir sa vie 

 

L'auto sabotage ou comment s'interdire de réussir sa vie
« L’auto sabotage est une démarche autodestructrice qui consiste à se refuser toute possibilité de réussir ce que l’on entreprend »

  Dans ma carrière de formateur en développement personnel, j’ai été confronté à un douloureux problème que j’ai retrouvé chez certains de mes participants. Je veux parler de l’auto sabotage.

   Ma seconde surprise fût celle du nombre de personnes touchées par ce problème. 

 

coche.jpg # Au dernier moment, ils (elles) échouent

 

   C’est une constante que je retrouve dans cette catégorie de personnes.

   Souvent, après de nombreux efforts, parfois associés à une motivation élevée dans l’élaboration de leur projet,  quand arrive la dernière étape, il se produit comme une forme de d’auto sabotage. Le plus étonnant est de constater les multiples variétés du processus.

   Par exemple, j’ai observé que certains pouvaient abandonner leur initiative ou leur projet au dernier moment. Pourtant, le plus gros du travail ayant été effectué en amont, il ne restait que quelques efforts supplémentaires pour réussir.

   Eh bien, non !

   Comme une force qui la pousse à lâcher, la personne cesse d’agir dans la phase finale.

 

coche.jpg# C’est le syndrome « je préfère casser mon jouet »

 

   Une autre manière dont se manifeste ce problème est le syndrome bien connu que l’on rencontre chez certains enfants en cassant leur jouet favori.

   Il suffit qu’une situation de jalousie, comme par exemple de ne pas vouloir prêter son jouer à un copain, pour que,  l’enfant brise son propre « joujou ».

  Les adultes peuvent ainsi reproduire ce mécanisme en détruisant en dernier lieu leur œuvre. Ce qui devient déroutant, c’est parfois la violence avec laquelle la personne va s’auto saboter en réduisant à néant des mois ou même des années d’efforts.

  Au seuil d’atteindre la réalisation de leur projet, ces sujets vont prendre un malin plaisir à détruire complètement l’ensemble de l’édifice.

 

coche.jpg# Qu’elles sont les raisons secrètes de ce syndrome d’auto sabotage

 

   Mon expertise  m’a conduit à comprendre beaucoup mieux (mais il m’a fallu du temps) ce qui est la vraie raison du syndrome de l’auto sabotage.

   En réalité, la cause se situe dans une forme de zone d’ombre de la personnalité. Je veux parler de la filiation.

   En d’autres termes, ce sont nos antécédents familiaux qui sont à l’origine de cet état de fait.  Même si nous avons des difficultés à se l’avouer, nous entretenons comme une forme de résistance à sortir du cheminement de notre propre cercle familiale.

   Pour être plus clair, c’est comme si on avait honte de vouloir « être différent » du modèle de nos aînés.

 

coche.jpg # Elle est clouée au lit les jours d’entretien d’embauche 

   Plus concrètement, nous nous attachons inconsciemment à ce modèle qui nous semble tracé.

   J’ai en mémoire cette jeune femme qui possédait un talent évident pour le commerce.

   Or, à chaque fois, au dernier moment de se présenter à un poste de commerciale, soit arrivait en retard en se trompant de route, ou encore faisait une poussée de fièvre le jour de l’entretien, au point de la clouer au lit.

   En dialoguant avec elle, elle me révéla que le métier de vendeuse avait été très mal perçu dans son cercle parental.  Ce métier était presque considéré comme une honte dans la famille. Pourtant, cette femme, je le rappelle, possédait un immense talent de commerciale.

   Rien n’y faisait.

   Dès que le jour de l’entretien arrivait, il se passait toujours un événement qui sabotait son initiative.

 

coche.jpg  # Comment sortir de ce cercle infernal de l’auto sabotage

 

   Il serait trop long de développer ici dans une seul article le sujet.

   Les différentes solutions, tant les protocoles pour se libérer de ce cercle infernal de l’auto sabotage méritent une approche sérieuse et plus approfondie.

   Néanmoins, les bases du changement trouvent leur bases dans :

– La prise de conscience de ce problème : (se poser la question, si nous-même, nous ne sommes pas tombés inconsciemment dans ce piège de l’auto sabotage)

– Le désir de s’émanciper : (en acceptant vigoureusement de de ne plus modéliser les croyances et les comportements familiaux)

– L’acceptation de soi : (ce qui veut dire de vouloir découvrir qui on est vraiment en allant à la découverte de nos véritables talents cachés et de vouloir les mettre en avant)

 Je compte réaliser un programme complet sur ce thème. Si vous êtes intéressé par ce projet, n’hésitez pas à m’en parler ici dans les commentaires. 

(c) Didier Pénissard Coach

  L'hypnose peut vous aider à mieux gérer votre stress. L'hypnodétente est une séance pour vous libérer de l'anxiété

« Comment Vos Libérer du Stress à l’aide de L’hypnodétente

 

– Plan du site –   Page d’accueil  – Boutique du club – 

https://developpement-personnel-club.com/wp-content/uploads/2014/11/cadeau_developpement_personnel_gratuit.jpgC’est ICI et Gratuit ! 

27 Commentaires

  1. Bonjour, Je vis une sorte d’auto sabotage dont les tenants sont encore loin d’être clairs dans ma tête. Je fouine de temps en temps sur ce qui est écrit sur la toile et j’ai trouvé quelque chose qui m’a fortement interpellé, il s’agit du blocage émotionnel. Voici ce qui y est écrit :
    « Les blocages émotionnels sont des conditionnements acquis, devenus imparables, obligeant l’individu à agir, totalement à son insu, d’une manière fondamentalement incorrecte par rapport à sa programmation mentale de départ et donc à réagir de façon inappropriée aux diverses situations qui vont jalonner sa vie. la longue, cette réaction inappropriée aux diverses situations conduira à une souffrance morale pouvant induire des troubles dépressifs, souffrance liée au fait que la personne ne sera pas en harmonie avec elle-même, puisque cet acquis empêchera son inné de s’exprimer. De plus, les diverses circonstances de la vie rouvriront sans cesse les blessures anciennes et non cicatrisées qui ont causés les blocages. Par suite, ces blocages saboteront littéralement l’existence de la personne concernée en induisant sans cesse, toujours à son insu, des mauvais choix.
    « Les blocages affectifs sont légions. Nous entendons par blocage-affectif, le fait qu’une personne ne puisse pas exprimer son affectivité. Pour une raison ou pour une autre, le sujet a refoulé une partie de sa personnalité. Cette partie pourrait bien être une pensée, une sensation, une intuition ou un sentiment » fin de l’article. Ce qui m’a interpellé le plus dans cet article, c’est la sensation que je ressens dans la fesse gauche plus particulièrement et qui guide mes choix et mes pensées. Je continue à fouiner dans cette direction avec un psy (blocage émotionnel et affectif ), mais j’avance à « pas » de d’escargot. Ceci est donc ma contribution ou mon avis sur la question.

  2. bonjour Didier, je suis très intéressée par l’auto-sabotage car j’en souffre depuis l’enfance. mais je ne pense pas que ce micro espace sera suffisait pour vous en détailler les symptômes de ce syndrome… N’avez vous pas une autre adresse mail à me communiquer ? ce serait plus pratique. merci mais je tente le coup quand même. lol. Je ne supporte pas les compliments : je m’attends toujours au petit … »mais »… qui va suivre, ma mère me descendait toujours en flèche. Les compliments n’étaient jamais gratuits. autre exemple : dès que je fais un régime et que je m’aperçois, sur la balance ou dans les yeux des autres que le changement s’amorce… patatras … je suis prise de crise de boulimie, de goinfrerie qui annulent tous mes efforts… si on me fait un compliment ; je me dévalorise aussitôt car je me tortille sur ma chaise, je suis très mal à l’aise physiquement dès qu’on m’en fait un,
    dans ma tête : « je ne mérite pas de compliments ». etc. dès que le succès s’amorce, au lieu de persévérer, je change d’optique et je commence autre chose qui m’empêche donc d’aller au fond des choses et de terminer, etc… c’est assez usant ce style de comportement. tout m’intéresse et m’enthousiasme et je suis honnête, de bonne foi quand je commence, mais je ne finis jamais vraiment. Merci pour ce prochain programme qui rendra énormément service à énormément de personnes. bien à vous

  3. je voudrais en guérir stp parce que j’en ai assez de me démotiver à mi-parcours et sans raison…au début je manque de confiance en moi mais je tente et à mi-parcourt alors que j’ai réussi, les doutes reviennent plus fort et me font tout arrêter! j’arrive à rien terminer ! je ne clôture rien en tant que tel mais je ne reviens que rarement dessus et à chaque remotivation, c’est le même scénario …entre temps j’ai plein d’autre projet que j’entame et qui ont même résultats !

    • @ANGIE,
      La façon dont vous détaillez votre problème, me fait plus penser à problème de procrastination associé à un déficit de confiance en soi. C’est à prendre au sérieux, car si vous ne réagissez pas, cela peut s’amplifier avec le temps. Je ne peux que vous convier à suivre un programme sur le sujet. Notamment, « Comment développer un puissant sentiment de confiance » :
      http://www.confiance-en-moi.com

      Didier

  4. j’avais un collègue qui a préparé sa thèse finale de doctorat dans une grande école à Paris,il ne lui restait que trois mois pour la soutenir et il était brillant,et il a abandonné au dernier moment ,on n’est pas arrivé à comprendre pourquoi il a fait, aujourd’hui j’ai découvert cela ; c’est l’auto sabotage

  5. Je suis également formatrice et coach en développement personnel mais souvent l’auto sabotage n’est pas perçu à travers son cercle familial et les formations ne mettent pas souvent ce trait en avant. et pourtant il est vrai que cette forme d’autosabotage vient de nos racines de l’enfance. C’est très bien de le dire et de l’expliquer clairement.

    • @Dominique,

      je suis un peu d’accord avec vous ! On ne parle pas assez souvent de ce problème d’auto sabotage. A nous les coachs en développement personnel de l’identifier et d’aider la personne affectée par ce syndrome à s’en libérer.

      Didier

  6. Bonjour Didier Cet article a particulièrement attiré mon attention car je pense être une grande adepte. J’avais beaucoup de mal à terminé ce que je commençais. Même dans le domaine de la santé, je fais des efforts considérable pour respecter un regime contraignant mais me permettant de retrouver la santé et au bout d’un moment, je lache tout et mange tout ce qui m’est interdit (intolérances alimentaires entrainant diverses pb de santé) j’ai l’impression de me battre contre moi même parfois. Une part de moi est bienveillante et l’autre indifférente à mon état et juste à la recherche de satisfaction immédiate cette lutte est parfois épuisante La suite de votre article m’intéresse beaucoup si vous comptez l’approfondir !
    Cordialement

  7. Bonjour Didier, J’ai ecouté attentivement votre interview sur le syndrôme d’auto sabotage et je me suis plusieurs fois retrouver dans les mêmes cas de figure des exemples que vous mentionnez. J’ai pris conscience que ces mes croyances et affiliation qui m’ont influencée. Je souhaiterais avoir plus d’informations à ce sujet. Merci d’avance. Bien à vous !

  8. Bonjour et merci beaucoup pour ces bons conseils en podcasts. Ce qui m’étonne c’est que c’est aujourd’hui que je me suis rendu compte que je dois me libérer du syndrome d’auto sabotage.
    Bonne journée.
    Rafn

  9. Bonjour Didier,
    Je suis enthousiasmé de votre e-mail, ça dévoile beaucoup plus de ce qu’on connaissait avant, des potentiels endormis en nous et, surtout ça nous incite à être nous même, en nous acceptant comme nous sommes,…
    Infiniment merci!

    Elie

  10. Bonjour Didier,

    Avant tout merci ! Cela fait quelques années que je vous suis et je dois dire que vous m’avez été d’une aide précieuse dans beaucoup de moment difficile de ma vie. Votre étude partagée sur les prises de décisions m’a permis d’éviter le pire à un moment de ma vie, celle sur la capacité à mobiliser nos ressources cachées aussi.
    Ce qui m’amène aujourd’hui à vous laisser un messages est dû à de longues recherches sur moi-même, sur ma vie, sur le pourquoi et les comment.
    En bref, ma vie est une multitude de problèmes, d’obstacles, d’imprévus, de tuiles….Certes, je ne suis pas responsable du divorce de mes parents lorsque j’avais 12 ans, ni des conséquences, je ne suis pas responsable du caractère acariâtre de ma grand mère qui m’a élevé, ni du comportement exécrable de ma mère et encore moins celui de mes belles mères… Peut-on dire qu’à l’âge de l’enfance nous soyons responsable, que nous attirons cette série d’événements à nous par nos pensées négatives? Je ne pense pas, nous subissons. Nous nous révoltons aussi dans l’adolescence mais à cet âge sommes-nous aguéri suffisamment pour changer nos vies? Nous a t-on armé à cela? Je ne le pense pas. Nous sommes victimes tout un temps de nos familles, de l’éducation et modèles reçu.
    Mais un jour, il faut quand même se remettre en question. Mettre des termes à tout cela et évoluer. Changer les choses, peut-être même en détruire, se créer soi-même. Pendant longtemps, j’ai ignoré cela, bien que le modèle éducatif que j’ai donné à mes enfants est bien loin du modèle que j’ai eu. Est-ce inconsciemment que j’ai agi ainsi, sans doute mais le résultat est, ma foi, pas trop mal et j’en suis heureuse.
    Par contre a mon niveau personnel, je suis loin d’un bon résultat. Je dis de moi que j’ai l’art et la manière d’enchaîner les catastrophes (ce dont parle votre dernier poste), elles viennent à moi comme si j’étais aimantée. Aléa de la vie, hasard….. je n’y crois pas. Je pense que nous sommes responsable de ce qui se passe, par nos choix, nos actes…Que ce soit par peur, négligence , doute, irréflexion, impulsion ou passivité, et j’en passe, nous nous créons bien souvent des problèmes.Nous allons même au devant… et pour cela je suis passée experte!
    Dans ma recherche pour enrayer cela, je suis tombée sur les articles qui parlaient de doutes, de mésestime de soi… J’ai fait des progrès énormes sur moi. Mais cela ne va toujours pas! J’ai pris conscience de beaucoup de choses, j’ai également appris à décider, à me concentrer, à créer… mais ma vie reste dans un état lamentable… Je suis passée par la  »recherche du bonheur » et j’ai appris aussi des choses, mais encore une fois, pas de changements…Ce matin, je relisais un article sur la loi de l’attraction. Me documentais en espérant trouver un mot clé, un déclic qui me ferait comprendre ce qui n’allait pas chez moi. Pourquoi tant de choses ne tournaient pas comme elles le devraient…. on me dit que j’ai plein de talents, que je suis une personne gentille, altruiste, créatrice, volontaire, travailleuse, courageuse… Vive les fleurs! Mais lorsque j’entreprends quelque chose, lorsque je poursuis un but, un projet, une idée, un rêve… tout casse à un moment.
    J’en suis arrivée à l’auto-sabotage… mais non, me dis-je, je ne me sabote pas, je suis les principes de la loi attractives, je travaille, reste constante….. Constante? pas toujours….et toc! Optimiste, … euh.. tout le temps?..
    Des doutes, nous en avons tous, des moments de découragements aussi, mais est-ce que j’abandonne pour autant? Non, je me bats pour reprendre du terrain sur moi et avancer quoiqu’il arrive, je le fais… mais alors. L’  »échec » peut arriver mais je me remet en selle, me disant  »ben au moins, tu sais que ce n’est pas comme cela qu’il faut faire, essaye autrement » Je ne pense pas être une  »perdante », je me bats.
    Mais rien ne va, rien n’abouti vraiment, et une phrase me revient  » tu ne vas pas au bout de…. » vrai ou pas? Faut, cette phrase lancée un jour à mon propos m’a bien desservi, je suis allée au bout de beaucoup de chose que j’aurais du quitter bien avant, juste pour  »prouver » que j’aillais au bout de… Ça aussi, je l’ai combattu. Et ça ne va toujours pas!
    Financièrement on peut dire que je suis un panier percé, ma vie intime est à néant, mon chez moi laisse à désirer et est loin des rêves faits, bien que mes enfants soient en bonne santé et ont de belles réussites scolaires , matériellement on est loin du nécessaire requis,…je ne sors pas, je ne fréquente quasi personne a part mon père et mes enfants, (j’ai des contacts plus souvent virtuel ou téléphonique avec mes amis), je viens de mettre un terme à une relation d’un an et demi, (je pense sans trop me tromper que je suis tombée sur un MP) -, bref je ne m’en sors pas…. et pourtant, je fais tout pour cela. Mais alors que ce passe t il avec cette fameuse loi d’attraction? Pourquoi j’enchaîne les tuiles?
    Ma façon de penser ! Oui, je pense que l’on peut changer sa vie, oui je crois au pouvoir de notre esprit, oui je crois que l’on attire à nous le bons mais aussi le pire… tout cela, c’est ok! Mais alors pourquoi je n’arrive pas à inverser la vapeur?
    Un rêve: une belle maison aux belle pièces aménagées et décorées à mes envies, avec de belles chambres spacieuses pour chacun, un deuxième étage pour accueillir les amis, mon atelier donnant sur un joli jardin fleuri, une piscine peut être pour les jours de soleil,.. des amis à la table, des enfants heureux qui partent à la recherche de la vie, dans des voyages, des découvertes… mon magasin,vivre à l’abri des souci pécuniaire..  »
    Oui et après?
    Je vais tenter d’être plus terre à terre. Depuis des années, je me dis qu’il est temps de changer de fauteuils, ils sont laids, poussiéreux et on est de plus en plus mal dedans. Je mets donc un peu d’argent de côté par mois… mais une tuile arrive, je vais donc le rechercher par la force des choses. Je recalcule mon budget, un peu écœurée, et je recommence à économiser… il serait bien aussi de mettre de côté pour le meuble tv.. on allonge donc la note de l’économie a faire, oui mais par mois, je ne peux mettre plus, donc il faut allonger le délai… Je peux donc espérer avoir mon nouveau salon dans…. 5 ans ! pfffffffffff .. mais entre temps, il faudra encore reprendre les économies..
    en fin de compte, a quoi bon? Et après le salon, il faudra encore prévoir pour…. mais je serais morte lorsque…. Et puis tout cela a t il vraiment de l’importance sur le fond?
    A première vue, en effet, il y a un côté  »abandoniste » Mais pourquoi?
    Tout comme pourquoi, je range mes papiers dans le fond d’un tiroir et les laisse croupir, accumulant ainsi les problèmes à gérer, créant du stress au moment de… pourquoi je tombe sur des hommes ayant un profil dominant mais en même temps destructeur… tout cela est lié.
    Si cette jeune fille qui voulait devenir caissière était poursuivie par les a priori de sa famille ce n’est pas mon cas. Les miens me portent sur mes projets et m’aident, m’encouragent.
    Cela vient de moi, je me crée inconsciemment des problèmes, à la recherche sans doute de l’aventure que je ne vis pas au quotidien, au piment qui me manque dans la vie, à la routine que je vis, et une fois que j’approche un rêve, que je peux le concrétiser la question qui me vient c’est  » oui et après?  » Comme si atteindre ce but était une fin en soi de tout.
    Et là, je ne comprend pas ! J’avoue être perdue, et c’est pour cela que je m’adresse à vous.
    J’ai parlé de ‘temps’, car souvent je me surprend à me dire que je n’ai pas le temps…. ou n’aurai pas le temps, ou temps trop long…
    Les hommes dominants et destructeurs, je pense que le côté dominant, dirigeant m’attirent en pensant que leur façon de faire va me recentrer dans la vie. Me donner une ligne de conduite. Un chemin à suivre. Le côté destructeur me fait penser à moi…. à l’aventure qui me manque.
    La question qui pourrait se poser est  » est-ce que je crée m’apporte le bonheur » la réponse est oui, j’aime ce que je fais, j’aime aussi ma solitude racontée mais j’aime aussi rencontrer, (je ne le fait peut être pas souvent en soi, mais je le fais)
    Voilà, ou j’en suis, un peu perdue dans ce que je viens de constater.
    Merci de m’avoir lue
    et encore merci pour tous ces partages de connaissance que vous offrez.

    Sarah

  11. Je suis intéressé par vos conseils sur vaincre l’auto-sabotage car j’ai souvent remarqué que j’abandonnais juste avant de franchir la ligne d’arrivé malgré tous les efforts fournis. Je me retrouve dans un blues-dépression qui me tétanise et qui m’empêche d’être moi-même au point de ne plus pouvoir m’exprimer.

  12. Bonsoir,
    Dans mon cas personnel, c’est plutôt l’absence de résultats positifs dans les entreprises que je mène pourtant à leur terme ; que ce soit sur le plan professionnel, financier, spirituel ou autre.
    Encore une fois, je n’abandonne pas mes projets en cours de route, mais ils ne donnent que très exceptionnellement les résultats escomptés.
    Merci de votre avis.
    Cordialement

    • Bonjour Georges,

      en effet, à la lecture de votre problème que vous rencontrez, cela peut revêtir un aspect indirect d’auto sabotage. Ce qui me fait dire cela , c’est que l’on retrouve cette constante dans plusieurs aspects de votre vie.

      J’essaie cette formule pendant plusieurs semaines :
      « Je me donne le droit de réussir ma vie professionnelle »
      « je m’autorise à réussir financièrement »,
      « J’ai le droit de progresser spirituellement »

      Ce serait intéressant de constater ce qui se produira dans quelques semaines,

      Bien à vous
      Didier Pénissard

  13. Bien le bonjour Mr Pénissard,
    Avant tout je voudrais cous féliciter du fond de mon coeur à vouloir écrire tous ces articles intéressants et utiles ! En ce concerne l’auto-sabotge, il se trouve que je traverse une période de dépression assez vicieuse. En effet, à chaque volonté de faire un pas en avant il y a toujours quelque chose qui me retient par derrière et je m’enfonce toujours un peu plus dans cette abysse.
    Moi qui a été toujours bonne élève durant mes années lycée voilà moi en train de plancher à la fac. Et depuis, je m’auto-sabote à chaque fois que j’avance.
    Je vous serai tellement reconnaissante si vous parvenez à concrétiser ce travail sur l’auto-sabotage et sur le comment y remédier car la situation est insupportable.

    Merci une fois d plus,
    Cordialement, Jinane, une de vos lectrices.

    • Bonjour Jinane,
      J’ai lu avec attention votre message.
      Il semble, en effet que vous êtes en train de vous auto saboter.
      je vous propose dans ce cas de prendre contact avec moi au téléphone – et nous discuterons de cela, ainsi que les solutions que je vous proposerai.
      Au plaisir de vous lire,
      Didier Pénissard
      PS : merci de votre aimable fidélité !

  14. Bonjour,

    Avez-vous établi votre programme ? Il pourrait m’intéresser.
    J’effectue actuellement un gros travail sur moi-même. Je suis maman de mon deuxième enfant qui a bientôt 4 mois et en dépression post-partum depuis bientôt 2 mois.
    Depuis toute petite, j’ai une âme plutôt artiste. J’écrivais énormément, j’ai fait de la danse, du théâtre, je continue de vouloir absolument me consacrer à la création de spectacles. Et je dis souvent que mon malheur a été d’être bonne élève. J’ai fait des études, en lâchant régulièrement parce que je ne m’épanouissais pas. Je suis finalement allée au bout de ce chemin-là ; j’ai bossé en tant qu’ingénieure et j’ai fini mon CDD en sachant que c’en était fini de ça, que j’avais vu ce qu’il y a au bout et que je pouvais passer à autre chose sans regret. J’ai décidé qu’il était temps de me lancer pour de bon dans ce qui me fait rêver depuis toujours mais… Je continue de bloquer. Début janvier, je me suis effondrée ; j’avais un projet de création sur lequel je n’arrivais pas à avancer alors que j’y pensais non stop et que j’imaginais plein de choses. Je ne concrétisais rien. Et j’ai fini par ne plus réussir le reste. Je n’ai plus su être maman, être indépendante, être vivante…
    Je soigne ma dépression et je remonte doucement mais j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à faire ce qui me plaît vraiment. Il y a comme une voix qui me dit que je n’en suis pas capable, que ce n’est pas pour moi, que je n’ai rien à faire là-dedans, … Et pourtant à chaque fois que j’ai présenté un de mes travaux à quelqu’un, que ce soit de l’écriture de nouvelle, du spectacle ou du jeu théâtral, j’ai eu d’excellents retours et des encouragements. Je n’arrive pas à les prendre, j’ai toujours l’impression que c’est faux, que les gens se trompent. J’en suis arrivée à un point où je suis à même de critiquer le travail d’autres personnes, situer approximativement ce dont je suis personnellement capable (non je ne suis pas exceptionnelle mais oui j’ai un niveau professionnel) mais ça reste intellectuel et je n’arrive toujours à rien faire vraiment. J’en souffre. Je ne comprends pas d’où viennent ces blocages.
    Qu’en pensez-vous ?

  15. Bonjour Didier, votre mail tombe à pic pour moi car c’est justement le sujet sur lequel je me questionne depuis quelques jours.. Depuis quelques années je ne parviens pas à garder un emploi durable. Et dernièrement, convaincue que le domaine professionnel dans lequel je travaillais depuis une quinzaine d’années ne me correspond plus du tout (cela fait plus d’un an que je suis sans emploi et cherche à me reconvertir), je pense avoir enfin trouvé ma voie. Depuis moins d’un mois je suis en relation avec une entreprise pour en devenir une microfranchise indépendante en jardinage à domicile, étant passionnée par les plantes et le jardinage bio. Il me reste la dernière étape à accomplir, trouver les aides au financement de mon équipement, et là gros blocage depuis une semaine… Je me pose un tas de questions, j’ai peur de ne pas être capable, à la hauteur, de lâcher en cours de route, peur de perdre en motivation si le travail en lui même est trop dur ou si je n’ai pas assez de clients, peur de m’endetter, etc… bref, je ressens comme une barrière dans le ventre, et je bloque pour passer mes coups de fils. Tout ça pour vous dire que OUI je souhaite en savoir plus sur votre programme de développement personnel en ce sens, qui j’espère m’aidera à abattre ces barrières invisibles qui m’empêche d’avancer. Merci d’avance. Cordialement.

  16. C’est dingue mais je suis toujours frustré par ce genre d’article ! car moi c’est l’inverse je rêve de m’émanciper de ma famille et vivre seule ! c’est le rêve! le contraire de ce qu’y est dit : « Pour être plus clair, c’est comme si on avait honte de vouloir « être différent » du modèle de nos aînés. » moi je me bas toujours pour ça !
    mais c’est dingue de voir les choses dont les autres on peur ou se plaignent je rêvent de les avoir !
    je fais tout comme je veux et différemment de la famille et des autres et mon rêve et de vivre seule et de faire mes affaires. Mais coté financier oblige ! et quand je vois des témoignages de gens qui ne peuvent même pas franchir le cap de l’émancipation familiale ça m’étonne ! qu’ils sachent que c’est le rêve de certains !

  17. J’ai un ami comme ça qui fait de l’auto sabotage, c’est hallucinant ce qu’il peut mettre de coté au dernier moment. J’ai essayé d’en savoir plus en lui faisant remarqué et il me dis que c’est un manque de confiance en soi. Il est toujours en retard et il est toujours en train de procrastiner. Il paie limite ses impôts le derniers jours au risque de prendre des pénalités. C’est assez surprenant comme comportement.

  18. est-ce que ce programme sur l’auto sabotage est sorti finalement ?
    Ça m’intéresse parce qu’en Afrique la notion de famille est plus forte encore que dans votre monde occidental.En effet chez nous nous sommes qu’a travers la famille.Et les totems et autres interdits de toutes sorte dans certaines familles sont difficiles à briser et même peuvent entraîner des drames pour qui veulent les briser…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*